Nouvelles cabines aérodynamiques : les camions du futur arrivent dès 2020 !

Par Alexandra D. - Publié le 03/07/2019, mis à jour le 18/09/2019 

Lecture : 3 min


 

Cabines plus aérodynamiques, dispositifs de sécurité à la pointe de la technologie, émissions réduites : les réglementations européennes vont faire évoluer en profondeur la physionomie des poids lourds dans les années qui viennent. En attendant l’arrivée d’une vraie révolution : le camion autonome.

 

visuel108-camion-autonome-aerodynamique-refonte.jpg

 

C’est désormais officiel : les poids lourds pourront être équipés de cabines aérodynamiques à compter du 1er septembre 2020. Après le Parlement européen, le Conseil européen a confirmé cette mesure, qui va transformer l’apparence des véhicules présents sur les routes. Ces cabines allongées, à l’avant plus arrondies, seront tout à la fois « plus sûres et plus écologiques », selon les instances européennes.

 

« Plus sûres » car leur forme plus allongée permettra notamment de réduire les angles morts. La Commission européenne estime que « cette solution pourrait sauver jusqu’à 500 vies par an ».

 

Dès 2020, des camions à cabines aérodynamiques « plus écologiques »

Ces véhicules seront aussi « plus écologiques » en raison d’une moindre résistance à l’air. Bonne nouvelle pour les transporteurs : cela « devrait se traduire par une baisse de la consommation de carburant allant jusqu’à 10 % », indique le Conseil européen, qui précise également que « des émissions plus faibles contribueront à la lutte contre le changement climatique ».

 

L’Union européenne précise que, pour être mises sur le marché, ces cabines devront remplir des conditions d’homologation qui seront en place au plus tard le 1er novembre 2019. Des cabines dont l’allongement devra uniquement permettre d’améliorer l’aérodynamisme : « Il ne [pourra] pas servir à augmenter la capacité de charge du véhicule ».

 

Réduction des émissions de CO2 de 15 % d’ici 2025

La décision que viennent de prendre les instances européennes est étroitement liée à une autre : l’adoption, au printemps, par le Parlement européen, d’un texte appelant à limiter les émissions des camions. Il prévoit un objectif contraignant de réduction des émissions de CO2 de 30 % d’ici 2030 pour les nouveaux poids lourds. Un objectif intermédiaire de 15 % d’ici 2025 a également été fixé. « La Commission européenne devra par ailleurs proposer en 2022 de nouveaux objectifs pour l’après-2030, conformément à l’accord de Paris ».

 

Cette mesure devrait favoriser le développement des motorisations alternatives dans le parc des poids lourds européens. L’association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) pointe également un autre axe de travail pour atteindre les objectifs de réduction des émissions : elle souhaite que des mesures soient prises pour favoriser le développement de véhicules de grande capacité, conçus pour transporter deux fois plus de marchandises que les camions standards.

 

 

Camions : de nouveaux dispositifs de sécurité obligatoires

Un autre texte devrait faire également évoluer le parc des camions dans les années qui viennent. Un règlement adopté par le Parlement européen prévoit en effet que les véhicules (camions, camionnettes, bus et voitures) soient « équipés de dispositifs de sécurité avancés » à compter de mai 2022 pour les nouveaux modèles, et dès mai 2024 pour les véhicules existants.

 

Si certains, comme le système de freinage d’urgence, sont déjà prévus pour les poids lourds, d’autres vont devenir obligatoires. C’est le cas du « système d’adaptation intelligente de la vitesse ». Il avertira le conducteur en cas de dépassement des vitesses autorisées sans pour autant limiter automatiquement le véhicule. D’autres systèmes, comme l’avertisseur de somnolence et de perte d’attention du conducteur sont également annoncés.

 

Les camions et les bus devront également être équipés de dispositifs de « vision directe » afin de mieux voir les cyclistes ou les piétons. L’objectif étant de réduire « autant que possible les angles morts à l’avant et du côté du conducteur », précise le texte adopté. Pour cette derrière évolution, un délai supplémentaire sera accordé : les nouveaux modèles devront être équipés dès novembre 2025, les véhicules existants dès novembre 2028.

 

En route vers le camion autonome

De la cabine aérodynamique aux équipements de sécurité, ces décisions vont redessiner en profondeur la physionomie des poids lourds européens. En attendant l’arrivée d’une nouvelle génération de camions, qui promet un virage encore plus radical.

 

Les constructeurs mènent en effet activement des recherches pour développer les camions autonomes. L’un d’entre eux développe actuellement un véhicule électrique et connecté sans cabine, bardé de capteurs et de caméras. Il sera destiné dans un premier temps au transport de marchandises en zones fermées (centres logistiques, zones portuaires…).

 

D’abord utilisés dans un espace limité, les véhicules autonomes devraient dans une seconde étape emprunter les réseaux traditionnels. D’ici une dizaine d’années, on pourrait donc voir circuler des pelotons (platooning) de poids lourds autonomes sur nos autoroutes.

 

Sur le même thème