Vignette Crit’Air : pas de verbalisation dans certains cas ?

Par Antoine C. - Publié le 01/12/2016, mis à jour le 30/08/2019 

Lecture : 1 min


 

Paris rend obligatoire le certificat qualité de l’air (vignette Crit’Air) à partir du 16 janvier. Ce dispositif permet de faciliter la classification des véhicules (selon la date de 1ère mise en circulation et le type de motorisation) à l’aide d’une pastille colorée. Dans un premier temps, les véhicules autorisés à circuler (par exemple, lors d’un épisode de pollution), mais qui ne disposeraient pas de la vignette, ne devraient pas être verbalisés lors d’un contrôle par les forces de l’ordre. Ils risquent cependant de se faire arrêter fréquemment, en raison de l’absence de la pastille de leur pare-brise.

 

visuel74-vignette-crit-air-verbalisation-cas-refonte.jpg

 

Des sanctions pour les contrevenants

Les véhicules qui n’auraient pas l’autorisation de circuler encourent pour leur part une contravention de 3ème classe, soit 65 euros pour les voitures individuelles et 135 euros pour les poids lourds. Le contrôle sera visuel dans un premier temps, mais la ville de Paris et l’Etat travaillent sur la possibilité de mettre en place un système de lecture automatique des vignettes.

Comment commander ses vignettes ?

Les vignettes coûtent 4,18 euros et peuvent être commandées sur certificat-air.gouv.fr en communiquant son numéro de plaque d’immatriculation. Les gestionnaires de grandes flottes pourront se connecter sur ce même site, à partir du 5 décembre, pour envoyer directement un fichier centralisant les immatriculations des véhicules qu’ils gèrent.

 

 

 

Sur le même thème