Renforcement du contrôle technique : quand et à quel tarif  ?

Par Sophie R. - Publié le 12/01/2019, mis à jour le 12/08/2019 

Lecture : 1 min


 

Le durcissement du contrôle technique, initialement prévu en janvier 2019, sera finalement appliqué à compter du 1er juillet 2019 pour les véhicules légers.

visuel129 report nouveau controle technique

 

En mai 2018, le contrôle technique a été renforcé. Les centres agréés doivent désormais vérifier 133 points (contre 123 auparavant) et 610 défaillances techniques potentielles classées en 3 catégories, selon leur potentielle gravité.

Alors que le contrôle technique devait à nouveau se durcir à compter du 1er janvier 2019, le gouvernement a annoncé en décembre le report de cette mesure. Le futur nouvel examen, qui vise les véhicules diesel les plus anciens à travers un contrôle pointu des polluants émettant des particules fines, sera finalement mis en place le 1er juillet 2019.

Contrôle technique : un tarif en débat

Afin de répondre aux attentes en matière de pouvoir d’achat, le gouvernement a parallèlement demandé aux professionnels du secteur le maintien des prix pratiqués actuellement. Ces prix avaient déjà augmenté l’année dernière, au moment de la mise en place des nouveaux points de contrôle. 

Le contrôle technique des poids lourds déjà renforcé, mais pas forcément effectif ?

Le report de la nouvelle réglementation (citée ci-dessus) ne concerne que les véhicules légers, et non les poids lourds, pour lesquels elle s’applique depuis ce début d’année. Cependant, face aux retards des homologations des nouveaux matériels permettant de tester les nouvelles normes anti-pollution, tous les fabricants de ces matériels n’ont pas pu livrer dans les délais les centres de contrôle techniques. Bon nombre d’entre eux se trouvent « dans l’impossibilité matérielle de respecter les nouvelles obligations dès le 1er janvier, pour des raisons indépendantes de leur volonté », a indiqué le Syndicat national du contrôle technique automobile (SNCTA) dans un communiqué. C’est pourquoi ce dernier demande au gouvernement qu’une « période transitoire d’une durée raisonnable soit laissée aux centres de contrôle technique de poids lourds pour la mise en œuvre des nouvelles mesures des fumées d’échappement »

 

Sur le même thème