Platooning : les convois routiers en peloton, avenir des camions autonomes ?

Par Fabien - Publié le 25/03/2019, mis à jour le 07/08/2019 

Lecture : 2 min


 

Le développement des véhicules autonomes offre de belles perspectives, notamment pour améliorer le transport logistique. La circulation en convoi, appelée platooning, fait partie des solutions envisagées qui semblent les plus prometteuses. Nous faisons le point !

 

visuel 35 platooning camion autonome refonte

 

Réduction des embouteillages, risques d’accidents à la baisse, possibilités d’optimisations pour les entreprises… Le platooning a de sérieux arguments pour convaincre, particulièrement dans le secteur TRM. Son principe ? Faire communiquer électroniquement les véhicules entre eux, interconnectés par WiFi. Positionnés en peloton serré, ils peuvent ainsi accélérer et freiner simultanément, en suivant le rythme du véhicule de tête. Avec des temps de réaction très réduits, les voitures ou poids lourds peuvent circuler bien plus proches les uns des autres.

Les intérêts sont multiples : vitesse constante, meilleure gestion du freinage et des accélérations et surtout moindre résistance à l’air avec des véhicules en peloton créant un phénomène d’aspiration bien connu dans le sport (F1, cyclisme…). Ces paramètres participent activement à baisser les consommations de carburants et les émissions de CO2.

Poids lourds autonomes : les pelotons en test

Plusieurs expérimentations du platooning ont lieu dans le monde. Actuellement, ce sont principalement les autoroutes, ne nécessitant pas ou peu d’aménagements d’infrastructures, qui sont le théâtre de ces balais de véhicules. Un des tests les plus marquants reste le projet européen SARTRE (Safe road trains for the environment), débuté il y a 10 ans. Depuis, d’autres initiatives ont vu le jour : l’European Truck Platooning Challenge en 2016 ou le projet pilote allemand mené conjointement par DB Shenker, MAN Truck & Bus et l’Université Fresenius des Sciences Appliquées.

 

Ce dernier, dont les résultats ont été dévoilés en mai 2019, impliquait deux poids lourds connectés ayant effectué un trajet de 35 000 km sur l’autoroute A9 en Allemagne. Seuls 15 à 20 m séparaient les deux véhicules. Si le conducteur du 2nd camion est intervenu une fois tous les 2 000 km, la technologie a fonctionné parfaitement 98 % du temps. Le résultat se montre un peu décevant : 3 à 4 % de consommation de carburant en moins (contre 10 % espérés) et un impact très réduit sur la concentration et la fatigue.

 

Prochaine grande expérimentation à suivre : le projet ENSEMBLE prévu pour 2021 avec la participation de plusieurs constructeurs de poids-lourds. Le centre d’application de recherche des Pays-Bas (TNO), mais aussi l’institut de recherche IFSTTAR en France, seront chargés d’analyser les données récoltées.

 

Des freins à lever pour le platooning

visuel36 platooning camion autonome refonte

 

Avec ces expérimentations qui confirment la faisabilité dans des conditions réelles, il serait légitime d’attendre une généralisation du platooning à court terme. Pourtant, certains points bloquent encore :

- des infrastructures en partie inadaptées ;

- des assurances pour qui l’autonomie reste soumise à incertitude, avec des responsabilités à déterminer ;

- une cohabitation avec les véhicules non autonomes qui peut se montrer problématique ;

- des véhicules ne bénéficiant pas encore des technologies nécessaires pour un déploiement à grande échelle à coût raisonnable ;

- des cadres réglementaires restant à définir…

 


Autonomie des poids lourds : la fin des conducteurs ?

Avec l’arrivée des technologies permettant aux véhicules d’être guidés sans intervention humaine, les conducteurs peuvent logiquement s’inquiéter. Leur profession, si elle n’est pas vouée à disparaître (au moins pour des questions de sécurité), va forcément évoluer. Un changement qui s’opère déjà aujourd’hui : la relation avec les clients sera primordiale, leurs missions se concentreront sur les derniers kilomètres et des compétences nouvelles seront réclamées.


Où vont les camions autonomes ?

En 2017, l’Union européenne établissait sa feuille de route concernant le développement des véhicules autonomes. Le platooning, une des premières étapes tangibles, était espéré pour 2023 après adaptation des infrastructures, standardisation des technologies et amélioration des systèmes. Alors, plus que 4 ans à attendre ?

 


 

 

Sur le même thème