Malus, prime à la casse : le “Plan climat” se dévoile…

Par Fabien - Publié le 20/04/2015, mis à jour le 03/10/2019

Lecture : 1 min


 

Moins de papier, plus de données : l’assurance automobile a amorcé sa transformation il y a quelques mois. L’arrivée des voitures semi-autonomes et des boîtiers communicants connectés aux véhicules participe à l’essor des nouveaux contrats.

 

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a détaillé son “paquet solidarité climatique”. Il explique avoir fait le choix “de transférer une part de la fiscalité portant sur le travail vers la fiscalité sur les énergies fossiles, pour contribuer à réduire leur consommation. Il est essentiel d’accompagner les Français dans cette évolution.”

Vers une généralisation de la prime de conversion

Pour donner un coup de pouce à l’achat de véhicules dits “propres”, le gouvernement annonce donc une augmentation et une généralisation de la prime de conversion. À partir de 2018, son montant passera de 500 à 1000 euros. Cette mesure concerne les véhicules essence (d’avant 1997) ou diesel (d’avant 2001). Elle sera valable pour l’achat d’un véhicule neuf et pour l’acquisition d’un véhicule d’occasion portant les vignettes 0, 1 ou 2 du dispositif Crit’Air. Cette mesure incitative va plus loin en cas d’achat d’un véhicule électrique : la prime versée sera de 2500 euros.

 

 

Malus écologique : davantage de véhicules concernés

Attention cependant lors de l’achat d’un véhicule : il faudra regarder de près le malus écologique appliqué au modèle que vous avez choisi. En 2018, ce malus au montant progressif devrait être appliqué à tous les véhicules émettant plus de 121 g/km de CO2 (ce seuil est actuellement de 127 g/km).

En outre, le montant maximal du malus sera lui aussi revu : il passera à 10 500 euros, contre 10 000 euros aujourd’hui.

 

Sur le même thème