Les idées reçues sur l’automobile vues par les Français

Par Fabien - Publié le 25/01/2016, mis à jour le 30/09/2019 

Lecture : 2 min


 

« L’automobile n’est plus un plaisir », « la conduite engendre des comportements égoïstes », « le covoiturage est l’avenir de l’automobile »… autant d’idées reçues soumises aux conducteurs français interrogés* par le Club Identicar en partenariat avec TNS Sofres. Alors, préjugés ou réalités ?

 

visuel109-idees-recues-automobile-vues-francais-refonte.jpg

 

« L’automobile, ça n’intéresse plus les jeunes, ça ne les attire plus, ils vont même sûrement finir par s’en passer ! »

 

FAUX : 60 % des moins de 34 ans estiment qu’ils ne pourraient pas vivre sans voiture (52 % des automobilistes tous âges confondus).

 

« L’automobile n’est plus un plaisir, ce ne sont que des contraintes »

 

FAUX : les premiers termes cités pour qualifier l’automobile sont : « évasion », « bien-être », « plaisir », « autonomie », « indépendance »… 43 % des sondés désignent la voiture comme « un simple moyen de transport, 35 % comme « un moyen de s’évader ».

 

« Les automobilistes préfèrent le confort de leurs véhicules aux transports en commun »

 

VRAI, mais pas en région parisienne : 54 % des automobilistes conservent une utilisation identique de la voiture malgré les difficultés de mobilité dans les grandes villes françaises, contre 37 % en région parisienne. 68 % des personnes interrogées utiliseraient davantage les transports en commun si c’était plus facile.

 

« L’automobiliste a un comportement égoïste sur la route »

 

FAUX : 84 % des automobilistes estiment faire davantage attention aux autres usagers de la route qu’auparavant.

 

« La voiture est devenue LE moyen de transport partagé grâce au covoiturage et aux applis collaboratives »

 

FAUX : Seulement 15 % des sondés pratiquent le covoiturage et 11 % pensent que l’avenir est au partage.

 

 

Retrouvez plus de détails et l’ensemble des résultats de l’enquête ici.

 

*Etude réalisée par TNS Sofres en septembre 2015 avec des groupes exploratoires à Paris, Toulouse et Nantes puis un panel de 1001 conducteurs de tous âges sur toute la France (questionnaire en ligne).

 

Sur le même thème