Des péages sans barrière ? Et oui, ils sont déjà là !

Par Antoine C. - Publié le 27/02/2019, mis à jour le 11/09/2019 

Lecture : 1 min


 

Deux péages sans barrière vont être expérimentés afin de fluidifier le trafic sur autoroute et diminuer la pollution dégagée par les véhicules roulant au ralenti. Ces « premières françaises », qui font déjà leurs preuves dans d’autres pays européens (notamment en Espagne et au Portugal) pourraient bien se généraliser.

visuel32 autoroute peage sans barriere

 

Où sont installés les péages sans barrière ?

Sur les autoroutes A10, au niveau de la station de Tours Nord, et A4 au péage de Boulay.

 

Comment fonctionnent les dispositifs ?

A l’aide de caméras installées sur des pistes spécifiques (nommées free flow), positionnées à côté des pistes classiques et des portiques pour télépéages, pour l’instant… Les conducteurs pourront y passer à une vitesse allant jusqu’à 50 km/h sans s’arrêter. Les caméras seront chargées de lire les plaques d’immatriculation des véhicules (jusqu’à 200 par minute). Ces données sont croisées avec le fichier national des immatriculations afin d’identifier les propriétaires.

 

 

Comment payer aux péages sans barrière ?

 

Les sommes peuvent être prélevées lorsque les automobilistes se sont préalablement enregistrés sur l’application Ulys de Vinci ou avec l’étiquette Sanef (avec le numéro de plaque et les informations bancaires), sur Internet, par borne de paiement (pour la Sanef) ou encore avec le badge Liber-t.

Vous n’êtes pas inscrit ? Une facture pourra être envoyée (attention à payer sous 10 jours, sous peine d’amende), y compris pour les conducteurs étrangers lorsqu’ils seront résidents de pays ayant signé un accord d’échange transfrontalier d’informations avec la France.

 

Ces péages de nouvelle génération vont-ils se généraliser rapidement sur le territoire ?

Les technologies sont en tout cas mûres pour équiper l’ensemble des lieux concernés…

 

Sur le même thème