Cannabis au volant : un nouveau dispositif de dépistage

Par Sophie R. - Publié le 05/09/2014, mis à jour le 30/09/2019 

Lecture : 1 min


 

Le ministère de l’Intérieur annonce l’arrivée d’un système inédit de dépistage salivaire du cannabis. Il fera gagner un temps précieux aux forces de l’ordre, le test étant réalisable directement sur place sans besoin de validation en hôpital (contrairement à l’ancien qui demandait en plus une confirmation par test sanguin).

 

visuel47-cannabis-volant-nouveau-dispositif-depistage-refonte.jpg

 

Le cannabis présente divers dangers pour le conducteur :

 

- perte de réflexe ;

- perte de coordination de mouvement ;

- incapacité à bien contrôler sa trajectoire ;

- diminution du temps de réaction ;

- modification des perceptions de l’espace (distance) et du temps (ralentissement général).

 

En 2013, 23 % des conducteurs impliqués dans des accidents mortels avaient consommé de la drogue. Entre 2012 et 2013, une augmentation de 188 % des conducteurs verbalisés pour usage de stupéfiants a d’ailleurs été constatée.

 

Le nouveau dispositif salivaire sera déployé sur les routes françaises d’ici fin 2014.

 

*L’Observatoire National Interministérielle de la sécurité routière (ONISR), l’affirme dans une étude parue début 2014.

 


Le conducteur testé positivement au cannabis encoure :

- jusqu’à 2 ans de prison ;

- 4500 euros d’amende ;

- retrait de 6 points de permis ;

- suspension de permis pendant 6 mois ;

- obligation de soins (de l’accompagnement à la cure de désintoxication selon les cas).


 

Sur le même thème