Bonus / malus écologique : allez-vous payer plus en 2020 ?

Par Fabien - Publié le 03/10/2019, mis à jour le 30/09/2019 

Lecture : 2 min


 

Le bonus / malus 2020 risque d’être chamboulé. C’est en tout cas ce que semble dessiner le projet de loi de finances 2020, annoncé fin septembre par le ministère de l’Economie et des Finances.

 

visuel03-bonus-malus-ecologique-2020.jpg

 

Depuis plusieurs années, l’annonce du bonus / malus écologique est attendue avec impatience par les gestionnaires de flotte et chefs d’entreprise, comme par les particuliers. En effet, le barème oriente les décisions d’acquisition des véhicules en fonction de leurs émissions de CO2.

 

Barème bonus-malus écologique : le grand écart

A partir du 1er janvier 2020, une nouvelle grille devrait entrer en vigueur. Celle-ci compte creuser les écarts entre les véhicules verts et les plus polluants. Une « augmentation des crédits en faveur du bonus automobile de 50 % » est programmée, soit 131 millions d’euros de budget supplémentaire. Pour compenser cet effort, le barème du malus écologique sera durci.

 

Le malus écologique augmente fortement

Parmi les mesures annoncées, les conditions d’éligibilité vont évoluer. Le seuil de déclenchement du malus automobile va passer de 117 g de CO2/km à 110 g de CO2/km. Des véhicules considérés jusqu’ici comme peu ou moyennement polluants risquent ainsi d’être malussés.

 

Globalement, les émissions de CO2 seront davantage sanctionnées qu’en 2019, avec des hausses tarifaires (parfois importantes) à tranches comparables.

 

 

Passage au cycle WLTP : un nouveau barème dès le mois de juin

Autre point à retenir : une double grille de bonus-malus est prévue afin de faire face au retard pris par le passage au protocole d’homologation WLTP. Le cycle sera effectif le 1er juin 2020, soit 6 mois de retard. L’une remplacera l’autre en cours d’année, avec une nouvelle augmentation du malus à attendre.

 

A ce stade, impossible d’y voir véritablement clair dans les montants que chaque entreprise et particulier va devoir débourser. De nouvelles confirmations sont attendues en fin d’année, après les débats autour de ce projet de loi de finances 2020.

 

Sur le même thème