80 km/h : les discussions s’invitent au Sénat

Par Fabien - Publié le 30/01/2018, mis à jour le 03/10/2019

Lecture : 1 min


 

Les échanges et discussions concernant l’abaissement de la limitation de vitesse sur les routes secondaires (non équipées d’un séparateur de voies) continuent. Mercredi 24 janvier 2018, le sénateur Hervé Maurey a expliqué avoir besoin “d’éléments pour apprécier si cette mesure est utile, légitime et nécessaire.” Il a expliqué que certaines données, comme l’estimation des émissions polluantes et l’impact sur les temps de trajet, manquaient de précision ou de fiabilité. 

 

visuel160-80-km-senat

 

Le délégué interministériel à la sécurité routière entendu

Pour mieux comprendre et évaluer l’impact de l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h, le Sénat a demandé plus de précisions au délégué interministériel à la sécurité routière. Emmanuel Barbe a donc été auditionné par les commissions des lois et de l’aménagement du territoire et du développement durable.

Autre décision : un groupe de travail dédié à ce sujet a été créé pour évaluer les conditions dans lesquelles le gouvernement s’est fondé pour décider l’abaissement de la vitesse. “Ce groupe va enfin permettre de réunir les éléments d’information nécessaires pour évaluer, sans a priori, l’utilité pour la lutte contre l’insécurité routière de cette réduction de la vitesse”, a commenté Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort.

 

Le 1er juillet 2018 en ligne de mire

Le changement de limitation de vitesse fait partie des 18 mesures annoncées par le Premier ministre le 9 janvier 2018. Edouard Philippe avait alors expliqué que cette décision était “sans lien avec une quelconque motivation financière” et visait à faire reculer le nombre d’accidents mortels. La mesure doit entrer en vigueur au 1er juillet 2018, pour une période d’évaluation de deux ans.

 

Sur le même thème