Skip to content

Gestion de flotte : distinguez le vrai du faux sur votre métier

Par Sophie R. - Publié le 22/01/2017, mis à jour le 18/09/2019 

Lecture : 3 min


 

Le métier de gestionnaire de flotte est toujours en mouvement. Il n’est donc pas toujours facile de vous situer face aux changements structurels ou de réglementation. Retrouvez ici notre décryptage des affirmations, vraies ou fausses, les plus courantes sur les actualités du moment.

 

1) “Le métier de gestionnaire de flotte réclame des connaissances plus pointues qu’auparavant”

 

> PLUTÔT VRAI

 

Depuis quelques années, le monde de la flotte automobile a changé en profondeur. Il y a 5 ans, le métier de gestionnaire de flotte était non structuré ; il est actuellement en train de le devenir. L’apparition de la télématique embarquée, l’arrivée de nouveaux carburants, le durcissement de la réglementation en matière d’empreinte énergétique, de nouvelles organisations de flotte ou encore d’éléments de fiscalité inexistants il y a peu, ont modifié les habitudes des gestionnaires. Cela concerne aussi bien les TPE/PME que les grandes sociétés. Aujourd’hui, une gestion performante réclame une bonne connaissance des outils informatiques et une veille constante de l’actualité concernant le métier, les aides d’Etat, les technologies… Dans le même temps, l’accompagnement s’est perfectionné : loueurs, outils de centralisation des dépenses pour les cartes carburant, conciergeries auto, salons dédiés aux professionnels… tous les acteurs de l’automobile professionnelle proposent des solutions efficaces pour faciliter la vie des entreprises.

 

 

 

2) “La restitution d’un véhicule coûte toujours cher”

 

> FAUX

 

Lorsque vous restituez le véhicule au loueur à la fin du contrat en LLD ou LOA, d’éventuelles réparations et entretiens peuvent faire gonfler la note. Ce n’est pas une fatalité ! Une bonne anticipation de cette étape peut vous permettre de repartir sans dépense supplémentaire. Des collaborateurs concernés et un pré-diagnostic quelques semaines avant l’échéance sont les bases d’une restitution réussie. N’oubliez pas que la restitution s’organise aussi en amont : vous pouvez l’envisager dès la prise de possession du véhicule.

 

 

 

3) “Les nouvelles technologies sont devenues obligatoires pour bien gérer une flotte”

 

> PLUTÔT VRAI

 

Puisqu’il faut vivre avec son temps, il semble désormais incontournable de devoir utiliser les nouvelles technologies afin d’optimiser une flotte. Pour le suivi des collaborateurs en déplacement, des consommations de carburant ou des amendes, difficile de se passer des outils numériques mis à disposition des professionnels. Mais bien entendu, les méthodes plus traditionnelles n’empêchent pas une gestion cohérente et efficace, notamment si le parc automobile est réduit.

 

4) “Les salariés ne peuvent plus échapper à leurs amendes”

 

> VRAI

 

Les entreprises avaient pour habitude de ne pas dénoncer les salariés fautifs d’infractions, repérées par radar automatique, afin de leur faire éviter la perte de points sur le permis de conduire. Depuis le 1er janvier, la loi s’est durcie. Les entreprises doivent indiquer l’identité, l’adresse et la référence du permis du conducteur, sauf s’il est possible d’établir l’existence d’un événement de force majeur, d’un vol ou d’une usurpation de plaque… En cas de non respect de cette obligation, elles peuvent être punies d’une amende de 135 euros.

 

 

 

5) “L’autopartage est l’avenir de la flotte automobile”

 

> PLUTÔT FAUX (à ce jour, en France…)

 

Si le partage d’un pool de véhicules par l’ensemble des bénéficiaires de l’entreprise (ou d’un groupement d’entreprises) connaît un certain essor dans d’autres pays européens, difficile d’anticiper un changement aussi profond et radical pour la France. En effet, selon la taille et l’activité de l’entreprise, ce type d’organisation n’est pas forcément indiqué. Pour des commerciaux constamment sur le terrain ou pour des dirigeants dont le véhicule a un rôle statutaire en plus d’être pratique, le véhicule de fonction “classique” a encore de beaux jours devant lui.

 

Sur le même thème