Skip to content

Véhicules électriques : quel bilan tirer de 2019 ?

Electrique et nouvelles énergies   >    Passer à l'électrique

Comment se portent les ventes de véhicules électriques en France ? Sont-elles suffisantes pour atteindre les objectifs fixés par la filière ? Avere-France, l’Association pour le développement de la mobilité électrique, dresse un état des lieux complet.

 

Par Sophie - Publié le 20/01/2020, mis à jour le 20/01/2020 

Lecture : 2 min


 

Green car

Les ventes de véhicules électriques s’accélèrent

Portés par des incitations fiscales intéressantes, les véhicules électriques et hybrides rechargeables progressent chaque année :

  • 42 763 véhicules particuliers électriques ont été immatriculés en 2019, soit une hausse de 38 % par rapport à 2018 ;
  • les utilitaires légers 100 % électriques, pénalisés notamment par deux derniers mois moroses, ont pour leur part stagné (-2 % de ventes) avec 7 958 modèles sortis d’usine ;
  • de leur côté, 18 582 hybrides rechargeables ont rejoint le parc français : une progression de 38 % sur un an ;
  • enfin, ce sont les 2-roues motorisés électriques qui montrent le plus de dynamisme avec 796 véhicules pour une hausse des immatriculations de 43 %.

Une année 2019 en demi-teinte pour les véhicules verts ?

Selon Cécile Goubet, déléguée générale d’Avere-France auteur du baromètre annuel de la mobilité électrique, « 70 % de l’objectif annuel du contrat stratégique de filière est atteint ». Un chiffre, certes positif, mais qui se montre insuffisant. Afin de rattraper ce retard, une accélération des ventes est nécessaire en 2020 avec un doublement des immatriculations. Des freins sont soulignés, comme ceux liés à la réduction du bonus écologique, notamment pour les entreprises. En contrepartie, la massification de l’offre de nouveaux modèles est un motif d’espoir.

Au total, la filière espère comptabiliser un parc roulant d’au moins 1 million de véhicules électrifiés en 2022.

 


Pour aller plus loin


 

Retour