Skip to content

Pacte Vert : la Commission européenne a de nouvelles ambitions

Electrique et nouvelles énergies   >    Passer à l'électrique

Le 11 décembre dernier, la Commission européenne a officiellement présenté son projet de « Pacte Vert » devant le Parlement européen. Derrière cette appellation se cache toute une série de mesures ambitieuses destinées à atteindre un objectif de neutralité carbone à l'échelle de l'Union européenne d'ici 2050.

Par Nikolas - Publié le 13/05/2020

Lecture : 4 min


 

Drapeau Union européenne sur fond vert

Un feu vert du Parlement pour le Pacte Vert porté par la Commission européenne

Lancer un nouvel élan partagé par l'ensemble des Etats-membres de l'Union européenne afin d'atteindre des objectifs écologiques ambitieux. Voici la ligne directrice suivie par la Commission européenne, par l'intermédiaire de sa Présidente, Ursula von der Leyen, en fonction depuis juillet 2019. Lors de la présentation du projet de Pacte Vert (Green Deal) devant le Parlement européen, cette dernière a ainsi rappelé la nécessité de s'unir derrière ces mesures en faveur du climat et de la lutte contre le réchauffement climatique. "L'ensemble de notre continent doit se mobiliser, y compris les petites villes ou les grandes métropoles. C'est à nous de fixer le rythme, sans laisser personne sur le côté."

Mécanisme de transition juste, pour permettre de consolider l'aspect financier lié à ces mesures d'envergure et de soutenir les industriels, cadre juridique clair via la création d'un droit climatique européen, plan d'investissements de grande ampleur, économie circulaire... Les grandes lignes du Pacte Vert sont définies et ont reçu un accueil favorable de la part du Parlement européen. Place désormais à un travail de profondeur, qui devrait rythmer toute l'année 2020, afin d'éclaircir et de s'entendre sur les modalités de mise en œuvre de ces nombreuses dispositions.

Des discussions maintenues malgré l’épidémie de Covid-19

Alors que des projets de loi climat et de pacte européen pour le climat ont été déposés au Parlement européen début mars, les débats et négociations vont se poursuivre selon l'agenda initial, malgré la crise sanitaire mondiale liée au Covid-19. Lors d'une table ronde entre les chefs d'Etat des 27 Etats-membres en mars, ces derniers sont ainsi tombés d'accord sur la nécessité de continuer à œuvrer en faveur de la transition verte, en l'intégrant pleinement à la gestion de l'après-pandémie. Une consultation à destination des citoyens européens a ainsi été mise en ligne sur le site internet de la Commission européenne, afin de recueillir avant le 23 juin leurs avis concernant l'objectif zéro carbone fixé pour 2050.

L’impact du Green Deal sur les véhicules en circulation en Europe

Parmi les objectifs annoncés, la réduction des émissions de gaz à effet de serre sur le territoire de l'Union européenne constitue l'un des principaux chevaux de bataille de la Commission européenne. Bien que l'UE ne représente qu'environ 10% des émissions de CO2 mondiales, les commissaires européens sont très attachés à l'idée d'une Europe métronome de la transition écologique. Le tout avec une ambition renforcée : si les Accords de Paris de 2015 tablaient sur des émissions de CO2 abaissées de 40% en 2030, les représentants européens veulent aller plus vite et militent pour une réduction de ces émissions de 55% dans le même laps de temps.

Directement touchés par ces ambitions écologiques, les parcs de véhicules actuellement en circulation vont connaître de profonds changements au cours des prochaines années, sous l'impulsion des décideurs européens. Les investissements en faveur de carburants alternatifs et de la mobilité électrique font ainsi partie des principales pistes envisagées par les Commissaires européens. Ces derniers réfléchissent ainsi activement à la création d'une véritable filière pour la production européenne de batteries électriques. "Les batteries électriques made in Europe vont devenir une réalité, nous devons investir dans le potentiel européen d'innovation., explique Ursula Von der Leyen. Le continent européen doit montrer l'exemple en ayant plus d'ambitions."

Une stratégie logique, qui s'inscrit dans la continuité de la décision prise par la Banque européenne d'Investissement (BEI) en novembre 2019. En fin d'année dernière, l'organisation financière a en effet annoncé l'arrêt officiel de tout financement pour des projets liés aux énergies fossiles, à partir de 2022. Parallèlement, la Commission européenne souhaite soutenir le développement du réseau de recharge électrique, indispensable pour garantir une mobilité des citoyens et des entreprises qui soit conforme à leurs besoins. La Commission a ainsi estimé qu'un total d'un million de stations de recharge publique sera nécessaire d'ici 2025, afin de permettre la circulation de plus de 13 millions de véhicules zéro ou basses émissions en Union européenne.

En France, des actions déjà initiées vont dans le sens du Pacte Vert

Promulguée en décembre 2019, la Loi d'Orientation des mobilités (LOM) fixe des objectifs ambitieux de renouvellement du parc de véhicules national. Parmi les principales dispositions de ce texte de loi figure l'obligation pour les entreprises d'introduire une part de plus en plus importante de véhicules plus propres lors du renouvellement de leur flotte.

Les objectifs chiffrés inscrits dans la loi pour les flottes de plus de 100 véhicules particuliers légers sont ainsi de 20% de véhicules à faibles émissions au 1er janvier 2024, puis 35% en 2027 et 50% en 2030. Les quotas sont identiques pour les véhicules utilitaires légers, avec une mise en application décalée d'un an.

Dans le même temps, l'Etat souhaite soutenir massivement la mobilité électrique sur l'ensemble du territoire, avec un nombre de points de recharge pour véhicules électriques multiplié par cinq d’ici 2022. L'élargissement de ce réseau se révèle à coup sûr un argument de poids pour accélérer la croissance constante mais encore timide du marché du véhicule électrique en France...

 

Les solutions TOTAL en faveur de la mobilité électrique des professionnels

Acteur majeur de l'énergie, le Groupe Total multiplie les investissements pour permettre aux entreprises de développer leur transition énergétique. Grâce à la carte TOTAL multi-énergies, intégrée à la solution TOTAL FLEET, les professionnels peuvent accéder librement à un vaste réseau de recharge électrique, incluant notamment plus de 20 000 bornes de recharge publiques sur le territoire national. Les sociétés qui le souhaitent peuvent également bénéficier de l'expertise du Groupe Total pour l'installation de différents types de bornes de recharge dans leurs locaux ou à l'adresse de leurs collaborateurs, afin de garantir l'autonomie de leurs véhicules à tout instant, et ainsi de faciliter chacun de leurs déplacements. Bon à savoir : le portail TOTAL FLEET met à votre disposition tous les indicateurs nécessaires pour le calcul de votre TCO électrique.

 
 
 

Pour aller plus loin


 

Retour