Skip to content

Les innovations se multiplient pour fluidifier le trafic sur autoroute

Collaborateurs sur la route    >     Conduite au quotidien

Si les tarifs appliqués sur l'autoroute ont connu une augmentation moyenne de 0,9% le 1er février dernier, les grands axes intègrent en contrepartie de plus en plus de dispositifs et d'équipements permettant de fluidifier le trafic. Présentation de quelques innovations qui contribuent également à améliorer la sécurité des usagers de la route.

 

Par Nikolas - Publié le 15/05/2020

Lecture : 3 min


 

Embouteillages au péage sur autoroute

 

Comment fluidifier le trafic autoroutier ? Les feux rouges à l’essai sur les bretelles d’accès

Tous les automobilistes l'ont déjà constaté : les bretelles d'accès entraînent souvent des ralentissements plus ou moins importants selon la densité du trafic. Afin de trouver des solutions pour désengorger les autoroutes et fluidifier l'insertion des véhicules, des feux rouges ont été installés ces dernières années sur certains axes particulièrement sollicités.

Parmi les autoroutes concernées, l'A86 fait figure de pionnière puisque des feux rouges y sont implantés depuis plus de dix ans. Particulièrement empruntée au quotidien, cette autoroute francilienne constitue un bon test à grande échelle. Selon les derniers chiffres diffusés par la Direction des routes d'Île-de-France (DIRIF) en février 2019, les résultats se révèlent d'ailleurs plutôt probants, avec un gain de temps estimé de 3 à 20% pour les automobilistes et une baisse de la pollution de l'ordre de 30%.

Supprimer les barrières de péage pour un trafic plus fluide sur autoroute ?

 

Autres zones confrontées à une potentielle forte densité de trafic, les péages pourraient progressivement faire leur révolution au cours des prochaines années. Les concessionnaires d'autoroutes se montrent en effet de plus en plus pressants concernant la question de la suppression des barrières de péages, dans le but d'accélérer le franchissement de ces installations, et donc de fluidifier le trafic.

Si la généralisation de cette décision n'est toutefois pas pour demain, plusieurs segments autoroutiers ont déjà évolué vers ces nouveaux types de péages. C'est notamment le cas de l'autoroute A4 aux abords de Metz, où des portiques en free flow (passage libre) investissent progressivement l'espace. Concrètement, les véhicules passent sous ces portiques qui relèvent automatiquement leur plaque d'immatriculation.

Si les voitures embarquent un dispositif de télépéage, celui-ci fonctionne normalement, entraînant un débit immédiat sur le compte bancaire associé. Dans le cas contraire, une facture est envoyée à l'adresse associée au certificat d'immatriculation, pour vous permettre de procéder au règlement. Autre axe autoroutier qui devrait prochainement sauter le pas : l'autoroute A13, qui relie Paris aux principales métropoles normandes, avec un calendrier prévisionnel de mise en place d'ici au début de l'année 2022.

 

Sécurité des automobilistes : les nouvelles technologies gagnent les autoroutes

Au-delà de la fluidification du trafic, de nombreuses autres innovations voient le jour pour renforcer la protection des automobilistes sur les autoroutes. Plusieurs entreprises, soutenues par des acteurs majeurs du secteur BTP comme Eiffage, concentrent ainsi leurs efforts de recherche sur l'exploitation du revêtement des axes autoroutiers à des fins de sécurité. Parmi les pistes envisagées, on retrouve notamment le recours à de la peinture luminescente pour les marquages au sol.

Concrètement, l'utilisation de cette peinture bien spécifique permet au revêtement de sol d'emmagasiner l'énergie solaire pendant la journée, pour la réfléchir ensuite une fois la nuit tombée. Grâce à ce procédé, les conducteurs disposeraient d'une bien meilleure visibilité des signalisations dessinées au sol, avec une portée pouvant s'étendre sur plusieurs dizaines de mètres, pendant plusieurs heures d'affilée.

Autre chantier d'envergure engagé depuis quelques années : le développement d'une route chauffante. Similaire à la technologie utilisée pour les chauffages au sol, ce projet a pour vocation d'intégrer dans le bitume des tubes dans lesquels circule un fluide capable d'absorber la chaleur solaire. Encore en cours d'expérimentations sous la supervision de groupes tels qu'Eurovia, ce système permettrait ensuite le stockage de la chaleur dans un puits géothermique, pour une réutilisation a posteriori afin de réchauffer et de dégivrer d'éventuels tronçons routiers. Un dispositif qui pourrait s'avérer très précieux en période hivernale, lorsque les conditions météorologiques font grimper le nombre d'accidents constatés sur les routes...

 
 

Pour aller plus loin


 

Retour