Skip to content

Conducteurs à mobilité réduite & TPMR : quelles solutions en entreprise ?

Gestion de flotte > Services et équipements

Lors de la constitution de votre flotte automobile, vous souhaitez que chacun de vos collaborateurs puisse avoir accès à un véhicule qui réponde à tous ses besoins afin d’exercer son métier le plus simplement possible. Dans cette optique, il est essentiel de penser aux conducteurs à mobilité réduite et de se renseigner sur les aménagements et adaptations possibles d’un véhicule.

 

Par Jeanne - Publié le 08/06/2020

Lecture : 3 min


 

Conducteur assis au volant qui récupère son fauteuil roulant

 

Aménager un véhicule pour une personne à mobilité réduite

En tant que gestionnaire de flotte, vous pouvez être amené à aménager un véhicule pour l’un de vos collaborateurs. Il existe aujourd’hui de nombreux équipements qui permettent de rendre accessible une voiture ou un utilitaire à une personne à mobilité réduite qui souhaite être complètement autonome dans ses déplacements. Découvrez les différents dispositifs et accessoires qui simplifieront le quotidien de vos salariés, selon la nature de leur handicap (hémiplégie, paraplégie, amputation d’un membre etc.).

 

La boule directionnelle au volant, un allié de premier choix pour les PMR

Simple d’utilisation et d’installation, la boule directionnelle permet de faciliter les mouvements de rotation du volant. Faisant partie des dispositifs intégrés dans le code 35 du permis de conduire (« dispositifs de commande adaptés »), elle répond ainsi pleinement aux besoins de certains conducteurs en situation de handicap. De plus, afin de garantir une conduite complète et sans contraintes, de plus en plus de modèles de boules directionnelles intègrent désormais une télécommande multifonctions, permettant d’accéder aux commandes électriques du véhicule, telles que les clignotants ou le klaxon.

 

Des systèmes d’accélérateurs variés pour s’adapter aux besoins des conducteurs à mobilité réduite

Différentes sortes d’accélérateurs alternatifs peuvent également être installés sur vos véhicules, de manière à favoriser la conduite de vos collaborateurs en situation de handicap.

L’un de vos conducteurs rencontre des difficultés pour utiliser son pied droit ? Il est possible de mettre en place une pédale d’accélérateur actionnable avec le pied gauche. Il existe d’ailleurs des modèles déclipsables, très utiles si votre véhicule est utilisé par plusieurs conducteurs. Selon la configuration choisie, la pédale d’origine à droite pourra rester fonctionnelle ou être désactivée.

Pour certaines formes de handicap, telles que la paraplégie, il est essentiel que l’accélérateur se situe au niveau du volant. C’est le cas de l’accélérateur par cercle ou par manette. Ces deux types d’équipements peuvent être installés sans gêner l’utilisation des autres commandes manuelles. 

  • Dans le cas d’un accélérateur par cercle, il suffit de tirer ou de pousser le cercle (selon le modèle) pour prendre de la vitesse. A l’inverse, le freinage s’obtient grâce à une poignée située sur le côté droit, qu’il convient de tirer. 
  • Le fonctionnement de l’accélérateur à manette est relativement proche : il faut baisser la manette pour accélérer et tirer la poignée pour freiner. 

Bon à savoir : des combinés accélérateur / frein existent également ! Placés sous le volant, ils réagissent différemment selon le modèle. Pour accélérer, il faudra tirer ou baisser cet équipement, tandis qu’il faudra le pousser pour freiner.

 

Les équipements d’aide au transfert, un plus pour le confort des PMR

Concernant les équipements d’aide au transfert, on dénombre de nombreux sièges adaptés aux conducteurs à mobilité réduite. Parmi les solutions les plus récentes et les plus innovantes, on retrouve notamment le siège pivotant sortant pour fauteuil roulant grâce auquel le conducteur peut s’installer en voiture sans quitter son fauteuil. Le système de siège pivotant à montée et descente électriques constitue une autre option intéressante : elle permet de sortir et de descendre le siège en dehors du véhicule, à la hauteur souhaitée, de manière à faciliter le transfert.

En plus de tous ces équipements, n’oubliez pas d’aménager des places de parking pour vos collaborateurs à mobilité réduite ! La réglementation en vigueur impose 2% de places adaptées aux conducteurs en situation de handicap, soit 1 place tous les 50 espaces de stationnement.

Les aides financières pour équiper un véhicule TPMR

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela revient parfois moins cher de faire aménager un véhicule pour un conducteur à mobilité réduite que d’opter pour du transport à la demande. C’est d’autant plus intéressant que le conducteur peut ainsi profiter d’un confort optimal et d’une totale autonomie de conduite. Jusqu’à 5 000€ tous les cinq ans, vos dépenses peuvent faire l’objet d’une prise en charge à 75% par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). 

L’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph) peut également financer une partie de l’aménagement du poste de travail, et donc du véhicule adapté d’un collaborateur, dans le cadre de la compensation du handicap en entreprise privée. Cette aide, cumulable avec celle proposée par les MDPH, peut là encore atteindre 5 000€ tous les cinq ans. Pour le secteur public, le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) joue le même rôle, avec un plafond fixé à 10 000€.

S’ajoute à ces aides financières, l’exonération du malus écologique pour les véhicules habituellement sanctionnés, sur justification d’une mobilité réduite ou d’un handicap lors de l’acte d’achat, comme le stipule le Code général des impôts. Ainsi, un véhicule « automoteur spécialisé » ou une voiture particulière carrosserie « Handicap » ne sera pas soumis à cette taxe.
 

 


Pour aller plus loin


 

Retour